Thérapies cognitivo-comportementales Toulouse

Genèse

Elles ne sont pas l’œuvre d’un père fondateur, mais des travaux de nombreux chercheurs : psychiatres, psychologues cliniciens ou expérimentalistes.
Elles s’appuient sur 2 courants la psychologie de l’apprentissage et le cognitivisme,

Elles intègrent par exemple

La thérapie rationnelle-émotive d’Ellis

qui considère que les hommes sont moins perturbés par la réalité que par leur façon irrationnelle d’appréhender la réalité. Le comportement « névrotique » est un « comportement stupide » mis en actes par une « personne intelligente ». Le but thérapeutique est l’acceptation inconditionnelle de soi-même. Le sujet ne doit plus porter des jugements sur son essence par exemple, mais plutôt considérer avec relativisme les accidents de son existence.

L’apprentissage vicariant

(par observation et imitation) de BANDURA qui étudie les phénomènes sociaux d’apprentissage ne passant pas par l’expérience directe mais par l’observation et l’imitation d’autrui : Selon BANDURA, « l’apprentissage serait épouvantablement laborieux pour ne pas dire hasardeux, si les gens devaient compter uniquement sur les effets de leurs propres actions pour les informer de ce qu’ils doivent faire ». BANDURA définit le « modeling », mais aussi le concept « d’efficacité personnelle perçue » qui insiste sur l’importance de l’anticipation et du renforcement différé attendu, dans lequel le sujet définit une attente d’efficacité par rapport au comportement et une attente de résultat. Cette perception d’efficacité personnelle serait le dénominateur commun de toute thérapie.

La Thérapie Cognitive d’Aaron Beck

qui développe la thèse que « tous les syndromes psychopathologiques se caractérisent par des erreurs de perception et d’interprétation « distorsions cognitives ». Il élabore une forme de psychothérapie qui consiste à déconstruire des schèmes cognitifs et à les remplacer activement par d’autres, choisis de façon réfléchie  » restructuration cognitive» .
La popularité des Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) est grandissante. De plus en plus de thérapeutes (Médecins, Psychiatre et Psychologues) les conseillent à leurs patients pour les aider à surmonter avec succès un large éventail de problèmes :
Les recherches montrent que les personnes suivant une TCC pour divers types de problèmes, en particulier l’anxiété et la dépression, présentent un état satisfaisant plus durable. Cela signifie qu’elles rechutent moins souvent que celles suivant d’autres formes de thérapie ou ne prenant que des médicaments.
Ce résultat positif est probablement dû, en partie, à l’aspect pédagogique des TCC.

Méthode :
Vos pensées ou croyances émanent du lien que vous faites entre l’événement et vos sentiments et actes. Vos pensées, croyances et la signification que vous donnez à l’événement, ici et maintenant, sont à l’origine des réponses émotionnelles et comportementales que vous fournissez.
« Vous ressentez les choses comme vous les pensez » est un concept central en TCC. Ainsi les TCC fonctionnent sur le principe que vous pouvez avoir une vie plus heureuse et plus productive si vos pensées sont « saines ».
En conséquence : « Votre façon de voir les choses est plus importante que les choses elles-mêmes » !

Le patient est le co-constructeur de sa thérapie !

C’est sur la façon de développer des pensées plus « saines » que nous allons travailler !
En psychothérapie, je vous accompagne pour :

  • Faire le lien entre situations, émotions, pensées et comportements
  • Prendre conscience des « pensées » qui génèrent ressentis et emotions « dysfonctionnels »
  • Remettre en question les pensées dysfonctionnelles pour examiner leur validité
  • Rechercher une interprétation plus « réaliste »
  • Ramollir peu à peu les croyances limitantes
  • Soumettre les croyances limitantes à l’épreuve de la réalité

Indications

Les troubles pour lesquels l’efficacité des TCC est attestée :

  • Dépression légère et dépression grave
  • Stress
  • Troubles anxieux avec/sans attaques de panique
  • Troubles du sommeil
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Syndrome de stress post-traumatique
  • Manque de confiance en soi
  • Difficultés à s’affirmer
  • Problèmes relationnels et sexuels
  • Phobies (peurs) y compris phobie sociale et agoraphobie (peur des gens et des espaces)
  • Troubles du comportement alimentaire (Anorexie, Boulimie,…)
  • Colère